Recherche

Recherche2018-07-24T15:32:08+00:00

Dynamiques de recherche du CERCOP

L’analyse de la juridiction constitutionnelle, de son fonctionnement, de ses relations avec les institutions politiques nationales et européennes, et de sa jurisprudence se traduit par la publication de thèses, et par des chroniques de jurisprudence constitutionnelle (Revue du Droit Public, Revue Administrative), sans compter la participation de membres du CERCOP à des colloques internationaux. On ajoutera l’important travail confié au CERCOP par le Conseil constitutionnel : l’analyse de ses délibérations pour lesquelles l’ouverture de ses archives a été autorisée par la loi. Le CERCOP a ainsi dépouillé la période 1974-1980 et participé à la rédaction d’un ouvrage collectif : Les Grandes Délibérations du Conseil constitutionnel » (Paris Dalloz 2009), et au colloque de restitution qui a précédé cette publication. Sur cette thématique, quatre thèses – récompensées – ont été publiées ou sont en passe de l’être et leurs auteurs ont été recrutés en qualité de PR et de MC aux universités de Lyon 3, Nice et Montpellier.

Le droit constitutionnel européen est saisi à travers les jurisprudences constitutionnelles nationales, ce qui conduit à mettre en évidence les apports du fonds commun constitutionnel européen qu’elles développent. Il y a là l’esquisse d’un patriotisme constitutionnel post-national au sein d’un espace public européen qui devrait réunir les citoyens européens, liés par ce patrimoine constitutionnel commun. Cette thématique a donné lieu à l’attribution de plusieurs sujets de thèse et à des publications (ouvrages et études). Des universités d’été ont été organisées par le CERCOP, rassemblant étudiants du niveau M2 et professeurs, en provenance de toute l’Europe.

La rencontre entre la théorie et la philosophie du droit. L’étude du droit positif, des jurisprudences constitutionnelles débouche en effet sur des questions qui interpellent ces disciplines : légitimité du juge constitutionnel au regard du principe démocratique, rapports entre droit naturel et droit positif, théories de l’interprétation, etc. Loin de récuser cet élargissement de ses perspectives de recherche, le CERCOP a jugé utile de d’en emparer. Il l’a fait de différentes manières : attribution de sujets de thèse, colloques (dont l’important colloque de l’Association française de droit constitutionnel en 2005, qui a rassemblé quelque 400 personnes, provenant des universités françaises et étrangères), publications d’ouvrages.

L’analyse de la juridiction constitutionnelle, de son fonctionnement, de ses relations avec les institutions politiques nationales et européennes, et de sa jurisprudence se traduit par la publication de thèses, et par des chroniques de jurisprudence constitutionnelle (Revue du Droit Public, Revue Administrative), sans compter la participation de membres du CERCOP à des colloques internationaux. On ajoutera l’important travail confié au CERCOP par le Conseil constitutionnel : l’analyse de ses délibérations pour lesquelles l’ouverture de ses archives a été autorisée par la loi. Le CERCOP a ainsi dépouillé la période 1974-1980 et participé à la rédaction d’un ouvrage collectif : Les Grandes Délibérations du Conseil constitutionnel » (Paris Dalloz 2009), et au colloque de restitution qui a précédé cette publication. Sur cette thématique, quatre thèses – récompensées – ont été publiées ou sont en passe de l’être et leurs auteurs ont été recrutés en qualité de PR et de MC aux universités de Lyon 3, Nice et Montpellier.

Le droit constitutionnel européen est saisi à travers les jurisprudences constitutionnelles nationales, ce qui conduit à mettre en évidence les apports du fonds commun constitutionnel européen qu’elles développent. Il y a là l’esquisse d’un patriotisme constitutionnel post-national au sein d’un espace public européen qui devrait réunir les citoyens européens, liés par ce patrimoine constitutionnel commun. Cette thématique a donné lieu à l’attribution de plusieurs sujets de thèse et à des publications (ouvrages et études). Des universités d’été ont été organisées par le CERCOP, rassemblant étudiants du niveau M2 et professeurs, en provenance de toute l’Europe.

La rencontre entre la théorie et la philosophie du droit. L’étude du droit positif, des jurisprudences constitutionnelles débouche en effet sur des questions qui interpellent ces disciplines : légitimité du juge constitutionnel au regard du principe démocratique, rapports entre droit naturel et droit positif, théories de l’interprétation, etc. Loin de récuser cet élargissement de ses perspectives de recherche, le CERCOP a jugé utile de d’en emparer. Il l’a fait de différentes manières : attribution de sujets de thèse, colloques (dont l’important colloque de l’Association française de droit constitutionnel en 2005, qui a rassemblé quelque 400 personnes, provenant des universités françaises et étrangères), publications d’ouvrages.

L’analyse de la juridiction constitutionnelle, de son fonctionnement, de ses relations avec les institutions politiques nationales et européennes, et de sa jurisprudence se traduit par la publication de thèses, et par des chroniques de jurisprudence constitutionnelle (Revue du Droit Public, Revue Administrative), sans compter la participation de membres du CERCOP à des colloques internationaux. On ajoutera l’important travail confié au CERCOP par le Conseil constitutionnel : l’analyse de ses délibérations pour lesquelles l’ouverture de ses archives a été autorisée par la loi. Le CERCOP a ainsi dépouillé la période 1974-1980 et participé à la rédaction d’un ouvrage collectif : Les Grandes Délibérations du Conseil constitutionnel » (Paris Dalloz 2009), et au colloque de restitution qui a précédé cette publication. Sur cette thématique, quatre thèses – récompensées – ont été publiées ou sont en passe de l’être et leurs auteurs ont été recrutés en qualité de PR et de MC aux universités de Lyon 3, Nice et Montpellier.

Le droit constitutionnel européen est saisi à travers les jurisprudences constitutionnelles nationales, ce qui conduit à mettre en évidence les apports du fonds commun constitutionnel européen qu’elles développent. Il y a là l’esquisse d’un patriotisme constitutionnel post-national au sein d’un espace public européen qui devrait réunir les citoyens européens, liés par ce patrimoine constitutionnel commun. Cette thématique a donné lieu à l’attribution de plusieurs sujets de thèse et à des publications (ouvrages et études). Des universités d’été ont été organisées par le CERCOP, rassemblant étudiants du niveau M2 et professeurs, en provenance de toute l’Europe.

La rencontre entre la théorie et la philosophie du droit. L’étude du droit positif, des jurisprudences constitutionnelles débouche en effet sur des questions qui interpellent ces disciplines : légitimité du juge constitutionnel au regard du principe démocratique, rapports entre droit naturel et droit positif, théories de l’interprétation, etc. Loin de récuser cet élargissement de ses perspectives de recherche, le CERCOP a jugé utile de d’en emparer. Il l’a fait de différentes manières : attribution de sujets de thèse, colloques (dont l’important colloque de l’Association française de droit constitutionnel en 2005, qui a rassemblé quelque 400 personnes, provenant des universités françaises et étrangères), publications d’ouvrages.